Interview dans l'Instant M / France Inter (15/05/2018)

It’s a bird, it’s a plane, it’s… France Inter ! Cette année on fête les 80 ans de Superman. L’Instant M consacrait aujourd’hui une émission au parcours et à la pertinence du personnage créé en 1938 par Jerry Siegel et Joe Shuster. Après la chronique séries TV de Romain Nigita, Sonia Devillers m’a donc questionné sur ce Super-Homme mais aussi super-journaliste. Le M de l’Instant M étant là pour Média, c’est sur cette dimension qu’ont porté les échanges. Au demeurant cette émission devait se dérouler il y a quelques jours mais pour des questions d’organisation, elle a été décalée, tombant fortuitement aujourd’hui alors qu’on apprenait quelques heures plus tôt le décès de Margot Kidder, celle qui incarna Lois Lane à l’écran à partir des années 70. Merci à Anne-Cécile Perrin pour avoir rendue cette intervention possible. Vous pouvez retrouver le podcast de l’émission ci-dessous.

France Inter - L'Instant M du 15 Mai 2018 Spécial SupermanDeux choses m’apparaissent ironiques pour ce 80ème anniversaire. La première, c’est que j’ai commencé à lire des comics dans les années 70, un peu avant son quarantième anniversaire (même si je l’ignorait à l’époque, les éditeurs VF publiant le matériel américain avec un tel décallage qu’évoquer les anniversaires des héros n’avait pas de sens). Grosso-modo, j’ai donc fait un peu plus de la moitié du chemin avec ce malabar rouge et bleu (et doublement parce qu’ensuite je me suis plongé dans la lecture des vieux épisodes, grâce au marché d’occasion et aux rééditions). Mais je ne risquais pas de m’imaginer 40 ans plus tard en train de parler de lui à la radio.

La seconde ironie, c’est que mon premier contact avec le héros en question s’est très mal déroulé. Mais alors très mal. Je me souviens précisément du premier épisode de Superman Poche (le n°4) que j’ai acheté, en novembre 1976, un peu à reculons. Je préférais les héros Marvel ou Batman. Mais l’autre, là, le grand-dadais, le premier de la classe, le Gontran Bonheur des super-héros avec tous les pouvoirs et zéro problème, ne m’intéressait guère. Et forcément ce n’est pas cet épisode (où il s’en tire en utilisant son super-rire, comme l’indique la couverture) qui pouvait me convaincre du contraire. Du coup je ne lisais guère Superman qu’en dernier recours, au bout du bout des vacances, quand il n’y avait plus rien à lire et que même j’avais lu le reste 15 fois.

France Inter - L'Instant M du 15 Mai 2018 Spécial SupermanEt puis au bout de quelques numéros (mais comme c’était un bimestriel, on parle de presque deux ans), on est entré dans un couloir d’épisodes plus sombres, comme en particulier celui avec une très belle couverture de Nick Cardy, où les fantômes des parents de Superman apparaissent pour lui dire qu’il est une déception et où Kal-El, mortifié, regarde le sol. Deux ou trois numéros plus tard débarquait Faora, la kryptonnienne dominatrice qui allait lui mettre la misère (et ne réapparaître que bien des années plus tard, si bien que lorsque j’ai vu Superman II mon premier réflexe a été de me demander comment ils avaient pu se planter dans le nom du personnage). D’un seul coup, ce vieux Kal était à la peine, était en proie au doute… Et c’était autrement plus captivant. C’est cette lignée d’épisodes qui m’a poussé à aller voir au-delà de l’aspect propret de Superman et à m’intéresser à ce qu’il racontait vraiment…

Allez, à la tienne Superman et adieu Margot

France Inter - L'Instant M du 15 Mai 2018 Spécial Superman